Mon aventure sur Pigeons et dragons

Written by on janvier 27th, 2017 // Filed under post prod

 

 

514587

 

Si vous n’avez pas encore vue Pigeons et dragons, tous les épisodes sont disponible sur arte creative.

12 semaines de travail intense avec Julie Salon, Helena Gacina, Lorin Horwitz et bien sûr le réalisateur Nicolas Rendu. « Et ouai les gens !  » comme dirait Rayan le conteur ménestrel.

Pour la petite histoire, après avoir monté en 2015 la série Objectivement de Grégoire Sivan et Mikaël Fenneteaux, et donc d’avoir mis un pied dans la stop motion (et quel pied !), le directeur de production m’a présenté Nicolas Rendu le créateur de Pigeons et Dragons. Et c’est avec plaisir que je suis rentrée dans cette équipe qui avait déjà fait plusieurs séries comme « l’apocalypse selon vous » ou « le futur selon vous » . J’allais donc pouvoir, refaire une série comique avec des petits chevaliers en figurine qui allaient tweeter leurs faits d’armes avec des pigeons. Autant vous dire que c’était très excitant.

 

16265555_873786426057985_2319762998898898632_n

 

Nous avons commencé tout d’abord par  monter ce qu’on appelle les animatiques. C’est-à-dire de monter tous les épisodes avec des vignettes de story-board et des voix de calage. C’est une étape essentielle, pour étudier le rythme et le découpage de la série. On simule, avec des dessins simples. On est un peu comme des enfants dans une chambre qui font parler leurs jouets. C’est indispensable pour se rendre compte du rythme de l’épisode et de voir si l’épisode fonctionne. Le tournage en stop motion est tellement long et cher que si tu t’amuses à tourner des scènes inutiles, la production coule à pic. On peut comparer cela à commencer la construction d’une maison sans avoir fait un plan d’architecte. C’est personnellement une étape que j’adore, car c’est rare qu’un monteur puisse donner son avis avant un tournage. Donc nous avons une place très agréable de discussion avec le réalisateur. C’est un peu comme ci on était de mèche.

Ensuite, après le tournage, c’est un nouveau travail qui commence : celui du montage définitif.

 

13606673_10153847280568253_8122444129425062668_n

 

 

Tout ce qu’on a imaginé en animatique a pris vie. C’est magique. C’est un peu comme quand tu écoutes un morceau après avoir lu la partition. C’est organique, ça respire. Pour le montage commence l’étape de l’affinage, de la précision. Il y a beaucoup plus d’élément à l’image et de mouvement donc on doit réévaluer le rythme. Nous sommes un peu la clé de voutes de la post-production, car nous attendent patiemment les musiciens, bruiteurs, étalonneurs, truquistes et les comédiens. C’est la qu’on est content d’avoir un directeur de post-production pour organiser tout ça. On essaye donc de maquetter le plus possible pour qu’ensuite ils reprennent la main. Et je dois avouer que sur cette série la post-production est superbe. C’est pas pour faire de la pub hein, mais c’est jamais facile pour un monteur d’avoir d’autre personne qui réinterprète l’intention qu’on a mise en place avec le réalisateur. On a envie que ça continue dans le même sens. Et ici, c’est exactement ce qu’on avait préparé. Nicolas Rendu a une précision hors du commun. Je suis donc très fier du résultat.

Enfin je ne pensais pas avoir autant d’affections pour de petits chevaliers aussi bêtes et cruelles.  Ils ont beau faire 4 centimètres, on s’attache vite !

 

16143546_10154328530998977_7214432966198140259_o

 

Allez donc les découvrir juste ici :

la série pigeons et dragons

Ici vous aurez toute l’histoire du projet raconté par Nicolas Rendu « le papa » de toute cette épopée.

Making of pigeons et dragons